RSS

réponse 4

Bonjour à tous, 

La réponse du module vient de nous parvenir, comme d’habitude, Romain nous répond avec le luxe de détails qui lui est caractéristique. Un grand merci à lui de nous tenir informé, et de prendre du temps pour nous répondre à chacune de nos lettres.

Steve.


cliquez sur l’image pour une visite en 3D / clic on the picture for a 3D visite into the module

Merci beaucoup au nom de l’équipage Mars 500 pour tous vos messages.

Votre soutien tout au long de notre mission nous fait extrêmement plaisir. Si notre aventure motive plusieurs d’entre vous à poursuivre leurs rêves, cela me fait encore plus plaisir. Surtout gardez ce rêve bien ancré et sachez vous adapter aux aléas de la vie en gardant toujours le même cap.

Cela fait 195 jours que nous avons « quitté » la Terre et nous approchons de notre destination. Nous ne sommes plus qu’à 2,2 millions de kilomètres de Mars. Nos 3 spécialistes commencent déjà à se préparer à « l’amarsissage » mais je dois avouer que c’est Noël qui occupe une grande partie de nos pensées en ce moment. Je vais déjà répondre à la question de Jack puisque nous comptons fêter notre premier (et dernier) Noël dans l’espace. Cependant cette période festive sera assez spéciale et particulièrement longue pour nous puisque nous avons, dans un ordre chronologique :

–       19 décembre : 200e jour d’isolation

–       25 décembre : Noël chrétien

–       31 décembre : Nouvel an

–       7 janvier : « Noël » orthodoxe

–       14 janvier : Ancien « nouvel an » russe (basé sur l’ancien calendrier julien)

–       3 février : Nouvel an chinois

Nous ne savons pas encore quelles activités nous ferons pour chacun de ces évènement mais une chose est sûre, nous ne passerons pas à côté.

Notre mois de Novembre fut assez calme et, à part la réalisation de toutes nos expériences, je n’ai pas grand-chose à raconter. L’inhabituel nous est tombé dessus le 1er décembre. Après une matinée de travail habituel une panne est survenue aux alentours de midi. Le transformateur principal du bâtiment dans lequel se trouvent nos modules a eu un court-circuit et, le temps de le réparer, nous sommes restés 20h sans électricité, sans eau et sans ventilation. Nous avons appris à la fin de cette épreuve que ce n’était qu’une simulation orchestrée par le centre de contrôle pour étudier nos réactions à une situation d’urgence. Le fait que nous soyons toujours dans notre « vaisseau » prouve que tout s’est bien passé.

Steve,

voici la réponse de Wang Yue à la question du mois :

I have to admit that I am not so happy as my Eur friends, especially Romain and Diego, for the close Christmas.  Chinese people do few celebration for Christmas, for Halloween, and other holiday which maybe prevalent in the West. I only remember I always had to prepare for the final semester exams around Christmas when I was in the college.  For normal Chinese people, some traditional holidays, such like Spring Festival, Middle Autumn Day, are more important. But as I know, more and more youngers, 16~20 years old, are becoming to enjoy Western holidays now in China.

Je dois admettre que je ne suis pas si heureux que mes amis Européens, en particulierRomain et Diego, pour la fête de Noël. Les Chinois ne célébrent que très peu Noël, pour Halloween, à la limite nous avons un jour férié qui prévaut en Occident. Je me souviens seulement que j’ai toujours eu à préparer les examens de dernier semestre aux alentours de Noël quand j’étais au collège. Pour le peuple chinois, desfêtes traditionnelles, telles que la Fête du Printemps, du Moyen-jour de l’automne,sont plus importants. Mais que je sache, de plus en plus de cadets (16 ~ 20 ans) veulent  profiter de vacances de l’Ouest aujourd’hui en Chine. (wang)

Galaxien,

j’ai demandé à Diego quelle serait la première phrase qu’il dira lorsqu’il foulera le sol de notre « planète rouge » mais il n’a pas encore trouvé la bonne formule. Il faudra attendre encore un peu pour la connaître.

En sortant de la mission nous aurons encore de nombreuses semaine à passer entre les mains des scientifiques pour qu’ils évaluent à quelle vitesse nous nous réadaptons à l’extérieur. Le travail fera donc parti de nos priorités. Ma deuxième priorité sera de retrouver ma famille et mes amis. J’espère que plusieurs d’entre eux seront à Moscou. Ma 3e priorité sera de me balader à l’air libre, dans un parc et sous le soleil.

Pendant une mission réelle nous ne pourrons pas utiliser internet. En effet dès qu’un ordinateur est connecté au net, il envoi et reçoit des milliers de requêtes ce qui nous permet de naviguer. Vu la distance à laquelle nous nous trouvons de la Terre, chacune de ces requêtes mettrait plusieurs minutes à arriver alors qu’en général cette opération est faite presque instantanément. Une mission réelle vers Mars devra utiliser le même type de communications que ce que nous avons actuellement : Tous les messages (écrits, vocaux ou vidéos) sont enregistrés et ensuite envoyés vers la base de contrôle.

Lorsque nous serons de retour sur terre, nous redécouvrirons sans doute beaucoup de petits détails que nous ne remarquions même plus avant notre départ. J’imagine que beaucoup d’entre vous ont déjà eu ce sentiment après un voyage plus ou moins long. Lorsque vous rentrez chez vous, vous portez un regard différent sur votre maison pendant un ou deux jours.

Je  pense que la vue sera plus altérée que les autres sens humains. En effet, nous ne voyons plus la lumière du soleil depuis plus de 6 mois. En outre, notre regard est toujours arrêté par un mur se situant au maximum à 20m de nous. Nous ne regardons plus « à l’infini ». Enfin, des études publiées récemment tendent à montrer qu’un séjour prolongé en apesanteur a des effets négatifs sur le système visuel.

Jon,

please find Diego’s answer below :

Hi Jon !

My experience at MDRS was very valuable in order to prepare for Mars500.

I think they are similar in a lot of ways such as the autonomy of the crew, the spartan life one must live, the feeling of isolation, the interactions of the crew members, among others. There are also some noticeable differences, for instance, the crew needs to do considerable repairing work to keep MDRS «alive ». I think this prepared me for a « worst-case scenario » and to handle the days that see more action in Mars500.

Here much more time is spent on executing science tasks, and less in housekeeping. Mars500 can get more monotonous, as the communication links are fewer and that  makes it tougher on your head than MDRS. In Utah, when you were “bored”, you could go on an EVA to explore the beautiful martian-like scenery and dig up new surprising things or similar activities.

The limitations, such as the need to recycle water, and the “interesting” experience with the toilet was also a “good” thing that believe it or not, made me more tolerant of stuff in general that I may not like but have to endure.

Regarding  your question of possible mutual lessons, perhaps some housekeeping  (even simulated) MDRS-like tasks could be incorporated in Mars500. Some more Mars500-like communication limitations could be introduced in MDRS that make the psychological isolation more evident. However, in general, I think that the projects are complementary, so it would be great to see some collaboration in the near future, perhaps some sort of (video)communication via email (will surely have some delay) between MDRS crews and Mars500?, or even more interestingly, some sort of simulated situation that must be somehow solved by both crews?.  I would personally devote some of my free time to execute this type of collaborations so feel free to drop me a line if there are any ideas floating around.

Thanks and best regards to the MDRS/Mars Society team!

traduction

Jon, s’il vous plaît trouver la réponse Diego ci-dessous:
Salut Jon!
Mon expérience à MDRS a été très précieuse en vue de me préparer pour Mars500.

Je pense qu’ils sont similaires à bien des égards, comme l’autonomie de l’équipage, la vie spartiate doit subir, le sentiment d’isolement, les interactions des membres d’équipage, entre autres. Il ya aussi des différences notables, par exemple, l’équipage doit faire un travail considérable pour maintenir la réparation MDRS «vivante». Je pense que cela m’a préparé pour un «scénario du pire» et d’anticiper les jours voir plus d’action dans Mars500.
Ici beaucoup plus de temps est consacré à l’exécution des tâches scientifiques, et moins en matière de propreté. Mars500 est plus monotone,  les liens de communication sont moins nombreux ce qui rend le séjour plus difficile que lors de MDRS. Dans l’Utah, quand vous vous « ennuyiez », vous pouviez aller sur une EVA pour explorer les magnifiques paysages « martiens » et  creuser de nouvelles choses surprenantes ou des activités similaires.

Les limitations, telles que la nécessité de recycler l’eau, et les «intéressantes» expériences avec les toilettes a également été une «bonne» chose qui croyez-le ou pas, m’a rendu plus tolérant de choses en général que je peut ne pas aimer, mais que l’ont a à supporter .
En ce qui concerne votre question sur la possibilité des enseignements mutuels, peut-être un peu de ménage (même simulée) les tâches de type de MDRS pourraient être incorporées dans Mars500. Certaines limitations plus de communication Mars500 type pourraient être introduits dans MDRS qui font l’isolement psychologique plus évident. Cependant, en général, je pense que les projets sont complémentaires, de sorte qu’il serait formidable de voir une certaine collaboration dans un avenir proche, peut-être une sorte de (vidéo) de communication par e-mail (avec sûrement un peu de retard) entre les équipes MDRS et Mars500? , ou encore plus intéressant, une sorte de simulation de situation qui doit être résolu par une  manière différente mais par les deux équipages? Personnellement, je consacre une partie de mon temps libre pour exécuter ce type de collaborations alors n’hésitez pas à m’envoyer un mot s’il ya des idées qui circulent.
Merci et meilleures salutations à la SDRM / Mars Society équipe!
(DIEGO)

Jacomus,

c’est amusant puisque les truffes ont été un sujet de discussion pendant un de nos repas quelques jours seulement avant que nous ne recevions ton message. C’est Diego qui me demandait si j’avais déjà mangé ces « champignons qui poussent dans la terre et que l’on ramasse grâce à des cochons ». Je lui ai avoué que je n’ai jamais eu l’occasion de manger directement de la truffe. J’ai juste goûté à une sauce qui en contenait et j’ai beaucoup aimé.

Maria-Rodica,

Ces 200 jours sont passés assez vite pour moi aussi. J’ai du mal à m’imaginer que dans mois de deux mois nos 3 spécialistes seront dans le module martien. Par contre je sais que mon sentiment n’est pas partagé par tout le monde. Certains membres de l’équipage trouvent le temps assez long.

Oxana,

we can feel this holiday mood in our modules too. Thanks to all your messages and the pictures that I receive from my family and friends I can see how crowded are the shops, how snow is covering everything and how Christmas is making everybody excited.

traduction

Oxana, nous pouvons nous sentir cette ambiance de vacances dans nos modulestrop. Merci à tous vos messages et les images que je reçois de ma famille et mesamis je peux voir comment sont les magasins bondés, comment la neige recouvretout et comment Noël rend tout le monde heureux.

Tatiana,

plus nous nous approchons de Mars et plus nous sommes content d’atteindre notre but. Même si nous n’effectuons qu’une simulation, c’est un moment important de notre « voyage ».

La question de fond de notre simulation est « Est-ce que l’homme est capable, physiologiquement et psychologiquement, d’aller sur Mars ? ».  Ma contribution sera de répondre « Oui ! » à cette question. J’espère apporter toutes les données et les garanties nécessaires aux scientifiques pour qu’ils soient sûrs qu’une telle mission est humainement possible. Il ne restera alors que les défis technique à relever pour quitter les abords de la Terre.

Nous fêtons tous les évènements susceptibles de changer un peu notre quotidien. Les anniversaires sont donc des journées importantes. Nous avons déjà eu l’occasion de célébrer 4 anniversaires. J’ai eu l’honneur d’ouvrir le bal en juillet dernier et depuis ce temps une certaine tradition s’est mise en place :

–       La veille au soir Diego créé un poster personnalisé qu’il affiche dans la cuisine

–       Les cadeaux sont ouverts le matin au petit déjeuner

–       Nous célébrons à nouveau l’anniversaire lors du dîner autour d’un verre de vin en poudre

Giwa,

nous n’avons pas de système de propulsion et nos contrôles se limitent donc à tous les systèmes de support de la vie (Life Support Systems). Nous contrôlons en continu la teneur en O2, CO2, CO de chaque module. Nous suivons aussi la pression, la température et l’humidité. En parallèle de ces systèmes réels, nous avons un « Life Support System » sur lequel nous simulons des pannes pour maintenir un bon niveau de nos réactions face à ces dernières. Nos opérations de maintenance les plus courantes sont les changements de filtres et les changements de bouteille d’oxygène et d’azote.

Firnas,

il existe déjà beaucoup de concepts de vaisseaux spatiaux et de missions pour aller sur Mars. Le plus aboutit est sans doute celui de la Mars Society (en France : Association Planète Mars – www.planete-mars.com) sous le nom de « Mars Direct ».

@ bientôt, Romain.


 

 

Une réponse à “réponse 4

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :